De l'activité physique pour combattre le cancer

A l’heure où les clubs EPGV se mobilise pour Octobre Rose, l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) vient de publier une expertise collective sur le rôle de l’activité physique dans la prévention et le traitement des maladies chroniques. Une synthèse qui pointe son importance dans la lutte contre le cancer

Nombreuses sont les études qui précisent qu’après avoir appris qu’ils doivent faire face au cancer, les patients ont tendance à diminuer leur pratique sportive. Cette période de sédentarité peut avoir pour conséquences la prise de poids, le surpoids. Celles-ci, à leur tour, augmentent le risque de réapparition du cancer ou même de mortalité. En plus de cette relation causale, les évolutions et les traitements des cancers ont souvent des effets secondaires néfastes qui provoquent le déconditionnement musculaire des patients. Par ailleurs, les patients atteints de cancer ressentent souvent la fatigue et, dans certains cas, peuvent développer une intolérance à l’exercice. D’où l’importance de ne pas abandonner ou de reprendre une activité physique. « Suivant le type de traitement, les patients atteints de cancer ont des fonctions plus ou moins altérées. Par exemple, dans la période de chimiothérapie, parmi les effets secondaires les plus fréquents (fatigue, nausées, aplasie, problème de mémoire…) les patients se plaignent d’une perte de sensibilité des extrémités qui se traduit par des pertes d’équilibre. Nous allons donc, durant cette période, privilégier des exercices d’équilibre statique et dynamique et des situations qui sollicitent la fonction mnésique », explique Séverine Vidal, conseillère technique nationale, en charge du programme Gym’Après Cancer (GAC) de FFEPGV. Un programme qui fête ses 10 ans cette année.

Plus de bienfaits que de risques 

Et la nouvelle synthèse de l’Inserm vient appuyer la démarche « GAC ». Selon elle, il y a plus des bienfaits que de risques liés à la pratique de l’activité physique. Celle-ci contribuerait à l’amélioration de la fonction cardiorespiratoire, la diminution du poids et de la fatigue, ainsi qu’à la baisse du risque de mortalité. Autant de domaines dans lesquels le programme GAC, avec ses activités d’endurance, de renforcement musculaire, de souplesse et d’équilibre, est performant. « La force de la FFEPGV est d’avoir de l’expertise dans chacune de ses pratiques. De plus, nous avions déjà des ateliers très élaborés qui répondaient à certaines problématiques – comme l’atelier équilibre pour les seniors – dont on a pu reprendre des éléments », ajoute la CTN.

Bon pour le physique mais aussi pour le moral 

Autre enseignement : inutile d’attendre la fin du traitement pour se mettre au sport. Les études récentes constatent, en effet, un résultat plus important lorsque les patients suivent un programme physique dès le début de leur traitement. Pourvu qu’ils soient encadrés par des professionnels. L’activité physique marque à nouveau des points lorsqu’il s’agit d’améliorer la qualité de vie des patients. Plus de 25 études appuient ce bienfait. L’effet positif n’est cependant pas immédiat – il faut faire de l’exercice pendant deux mois ou plus pour le ressentir. Ce n’est pas non plus un hasard si le programme Gym’Après Cancer est pratiqué en petits groupes (15 personnes maximum). En fonction des types de cancer et des traitements à suivre, l’animateur adapte et individualise les séances. Sans oublier l’impact sur le moral. « Nous nous sommes rendu compte qu’il y a une vraie force à proposer des programmes spécifiques aux personnes atteintes de cancer. Les témoignages nous montrent que, dans cette période où ils vivent des problématiques similaires, comme par exemple la perte de cheveux et porter une perruque, la fatigue, les douleurs, le fait d’échanger et de s’encourager les aident à rester motivés. Un lien social très fort se crée et va jouer un rôle fondamental pour traverser cette période difficile », remarque Séverine Vidal.

Retrouvez tous nos programmes Gym Après Cancer en Île-de-France, en cliquant sur ce lien : https://www.coregepgv-sport.fr/ou-pratiquer/nos-programmes-sport-sante/gym-apres-cancer 

Article écrit par Alina Taranik, pour le magazine Côté Club #38. 

Adresse

COREG EPGV IDF

13 rue Étienne Marcel
75001 PARIS
FRANCE

Nous telephoner

Renseignement : 09 52 48 56 26

Nous écrire

formation@coregepgv-sport.fr

Nous vous répondrons rapidement.